Conseils médicaux

aux voyageur

Comité d'experts suisse pour la médecine des voyages
Avant le départ

Avant le départ

Points d’ordre général

  • Avez-vous vérifié les conditions d’entrée spécifiques du pays, telles que le visa, les exigences en matière d’assurance obligatoire, de test anti-COVID, de vaccins ?
  • Avez-vous une assurance médicale de voyage adéquate ?
  • Avez-vous une copie de votre passeport et de vos billets de transport ?
  • Avez-vous les coordonnées médicales et les numéros de téléphone importants, tels que ceux de la famille, du médecin de famille, de l’assurance médicale, de l’assurance voyage, de la société de cartes de crédit ?
  • Avez-vous emporté des vêtements appropriés pour le pays de destination ? Avez-vous pris en compte les aspects culturels, religieux, climatiques et géographiques (p.ex. l’altitude) ?
  • Si vous voyagez avec votre propre voiture ou prévoyez d’en louer une sur place, assurez-vous de disposer d’une assurance adaptée, d’un permis de conduire international et de matériel pour la voiture conforme à la réglementation locale.

Prévention sanitaire

  • Consultez un spécialiste en médecine des voyages au moins 6 à 8 semaines avant votre départ.
  • Obtenez un certificat COVID-19 s’il est obligatoire dans l’un des pays de destination ou de transit.
  • Connaissez-vous les maladies fréquentes, les problèmes de santé et les vaccinations recommandées ou obligatoires dans votre pays de destination ?
  • Avez-vous pensé à la prévention contre les piqûres d’insectes (p. ex. moustiquaires, répulsifs) ?
  • Savez-vous quels animaux venimeux sont répandus dans le pays de destination ?
  • Avez-vous un écran solaire, des lunettes de soleil et un chapeau adéquats ?
  • Faites un bilan de santé avec votre médecin généraliste si vous êtes atteint d’une maladie chronique.
  • En cas de maladie chronique, notez les coordonnées locales utiles en cas de maladie (p.ex. les hôpitaux).
  • Pensez aux rapports sexuels protégés et emportez des préservatifs, car ils peuvent être difficiles à obtenir ou de mauvaise qualité dans le pays de destination.
  • Faites un examen dentaire si vous voyagez pendant une période prolongée.

Médicaments

  • Avez-vous suffisamment de vos médicaments (de préférence dans un récipient étanche) avec vous ?
  • Avez-vous une trousse d’urgence contenant des médicaments essentiels et du matériel de premiers soins ?
  • Si nécessaire, obtenez un certificat médical pour les médicaments et le matériel d’injection que vous prenez avec vous.

Under construction

La vaccination vous protège efficacement contre un grand nombre de maladies contagieuses. Votre médecin, un spécialiste en maladies tropicales ou un centre spécialisé peuvent vous vacciner. Seul le vaccin contre la fièvre jaune est dispensé exclusivement par les centres de vaccination officiels et par certains médecins habilités.


L'indication avant un voyage à l'étranger dépend de :

  • des obligations d'entrée dans le pays (vaccin fièvre jaune, méningite)
  • des caractéristiques du voyage et de la destination: région visitée, risque d'épidémie sur place, durée du séjour, style de voyage (trekking, nuitées chez l'habitant ou hôtel de haut standing), région rurale/urbaine, temps à disposition avant le départ, etc.
  • des critères personnels du voyageur : état de santé, âge, allergies, traitement en cours, grossesse, déficience immunitaire, etc.

Y penser à temps
Certains vaccins nécessitent l'administration de plusieurs doses avant d'être efficaces. Il faut prévoir de les effectuer à temps, si possible dans les 6 à 8 semaines avant de partir.
Cependant, même si vous vous décidez à la dernière minute de partir en voyage, cela vaut la peine de consulter. Un rappel de vaccin est efficace très rapidement et il existe des schémas de vaccinations accélérés. Il est possible d'administrer plusieurs vaccins en même temps.
En plus du carnet de vaccination, apportez aussi la liste des médicaments que vous prenez régulièrement.

Il est important de signaler les conditions suivantes :

  • allergies
  • si vous avez eu une forte réaction à un précédent vaccin
  • grossesse
  • maladie chronique, cancer
  • traitement anticoagulant
  • traitement diminuant votre immunité : cortisone, chimiothérapie, etc.
  • HIV/ SIDA

Selon les conditions ci-dessus, certains vaccins peuvent être contre-indiqués ou administrés avec prudence.
En cas de fièvre, il vaut mieux reporter la vaccination à plus tard.


Pour plus d' informations

  • Office fédéral de la Santé Publique: Informations sur la vaccination 
  • Consultez www.infovac.ch 

Questions fréquentes

  • Est-il possible de faire plusieurs vaccins en même temps ?
    Oui, plusieurs vaccins peuvent être faits en même temps; ils sont injectés dans le(s) bras à des endroits différents.


  • Est-ce que le vaccin s'injecte dans la fesse ?
    Non, aucun vaccin n'est injecté dans la fesse; pour les adultes, tous les vaccins s'injectent dans le bras.


  • Est-ce que tous les vaccins peuvent être mis dans la même seringue pour être injectés ?
    Non, chaque vaccin est injecté séparément; cependant la formulation de certains vaccins comprend déjà 2 vaccins différents dans la même seringue comme diphtérie-tétanos ou hépatite A - hépatite B.


  • J'ai le rhume / la toux / la grippe, puis-je quand même être vacciné ?
    Oui, le rhume, la toux, la grippe n'empêchent pas d'être vaccinés; mais, en cas de fièvre à 38° ou plus, on préfère reporter la vaccination.

  • Une protection optimale contre les insectes est essentielle pour la prévention de nombreuses maladies.
  • Elle consiste en des répulsifs, des vêtements imprégnés d'insecticides et des précautions pendant les heures de sommeil. 
  • Les mesures contre les piqûres d'insectes doivent être prises à tout moment du jour et de la nuit dans la plupart des régions.
  • Cette fiche d'information contient des renseignements importants sur les diverses mesures de protection contre les piqûres d'insectes.
  • Pour une préparation optimale de votre voyage, nous vous recommandons de lire attentivement ces informations.

  • Cette fiche d'information contient des renseignements importants sur diverses mesures de protection contre les piqûres d'insectes.
  • Pour une préparation optimale de votre voyage, nous vous recommandons de lire attentivement ces informations et d'emporter la fiche d'information lors de votre voyage.

  • Renseignez-vous sur les moustiques et autres arthropodes présents dans la destination choisie, notamment à quel moment de la journée ou à quelle saison ils sont actifs
  • Appliquez un répulsif sur les zones du corps exposées conformément aux instructions du fabricant
  • Renouvelez l’application du produit répulsif pour garantir une protection optimale
  • Portez des vêtements longs, des chaussettes et des chaussures
  • Pulvérisez ou imprégnez vos vêtements avec de l’insecticide
  • Dormez sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide ou dans une chambre climatisée
  • Les approches suivantes ne fonctionnent PAS : ail (ingestion), parfum, thiamine (vitamine B1), appareils à ultrasons, bipeurs électroniques (coupures de courant !), applications pour téléphones portables, alcool ou encore extraits de levure

L’un des éléments essentiels pour voyager en toute sécurité est de se protéger des piqûres d’insectes et de tiques. Les moustiques transmettent des maladies telles que le paludisme, la dengue, la fièvre jaune et le Zika, tandis que les tiques peuvent transmettre la maladie de Lyme, ainsi que l’encéphalite à tiques ou la fièvre africaine à tiques. Les phlébotomes (semblables à des moucherons) transmettent la leishmaniose, une maladie touchant la peau et les viscères, et les mouches tsé-tsé peuvent transmettre la maladie du sommeil en Afrique. Certaines de ces maladies disposent d’un vaccin ou d’un traitement préventif, mais pour la plupart d’entre elles, la seule protection efficace consiste à se protéger des piqûres. Les maladies transmises par les moustiques sont fréquentes dans la plupart des régions tropicales. Selon leur genre, les moustiques peuvent être actifs en journée (Aedes/Stegomyia) ou pendant la nuit (Anophèles). Ainsi, il est recommandé aux voyageurs de se protéger des piqûres de moustiques 24h/24h.

Voici les éléments clés à adopter pour se prémunir des piqûres :

  • Utiliser des produits répulsifs : Les répulsifs sont des produits à appliquer sur la peau. Ils visent à repousser les insectes ou tiques en interférant chimiquement avec ce que la peau dégage d’attrayant. De nos jours, les répulsifs les plus utilisés contiennent du DEET (concentrations : 20 à 30 % au minimum et 50 % au maximum). D’après les études, lorsque les produits à base de DEET sont utilisés conformément aux instructions, ils sont bien tolérés, y compris chez les nourrissons dès 2 mois, les enfants et les femmes enceintes. Les autres produits répulsifs recommandés contiennent de l’icaridine, de l’huile essentielle d’eucalyptus citronné (ou citriodiora) et de l’IR3535. L’efficacité et la durée de protection du répulsif dépend du produit utilisé. Certains produits contiennent une combinaison de plusieurs répulsifs.
  • Vêtements : portez des vêtements longs et couvrants, des chaussures et des chaussettes.
  • Imprégner les textiles (vêtements, moustiquaires) avec de l’insecticide : Les insecticides, tels que la perméthrine, sont des substances qui tuent ou « assomment » les insectes.
  • Il est recommandé de combiner les stratégies : appliquer du répulsif sur la peau, mais aussi imprégner d’insecticide ses vêtements et autres tissus.
  • Il est également possible de disperser de l’insecticide dans les pièces à l’aide de sprays ou d’appareils à brancher sur secteur. Les spirales à brûler ne doivent s’utiliser qu’en extérieur.
  • Séjourner dans des pièces climatisées avec des fenêtres fermées.
  • Dormir ou se reposer sous des moustiquaires imprégnées d’insecticides.

La majorité des voyageurs appliquent une quantité de répulsif bien inférieure à la dose recommandée, ce qui en diminue l’efficacité. Les produits répulsifs doivent être appliqués régulièrement, surtout après la baignade ou dans des conditions chaudes et humides propices à la transpiration. Il convient d’appliquer le répulsif quinze minutes avant une crème solaire à indice de protection SPF 30 à 50 pour compenser la réduction de protection solaire causée par le DEET.

L’efficacité des répulsifs varie selon les différents vecteurs et ont tendance à être légèrement moins efficaces contre les tiques. Ainsi, il convient d’imprégner les vêtements d’insecticide et de porter ses chaussettes par-dessus le pantalon pour éviter que les tiques n’aient accès à la peau.

L’efficacité des répulsifs contre les mouches tsé-tsé et les phlébotomes n’est pas clairement prouvée, mais il reste hautement recommandé de les appliquer sur la peau, en combinaison avec des vêtements imprégnés d’insecticides.

Après des activités en plein air, vérifiez l’absence de tiques sur votre corps. Si vous trouvez une tique, retirez-la le plus rapidement possible. La meilleure méthode est d’utiliser une pince à épiler : attrapez la tique et tirez doucement et fermement jusqu’à ce qu’elle soit entièrement sortie, puis désinfectez la zone. En cas de symptômes suite à une piqûre de tique, comme une rougeur locale ou de la fièvre, consultez un médecin, car un traitement antibiotique peut être nécessaire. Toutefois, en l’absence de symptômes suite à une piqûre, il n’est pas recommandé d’administrer un traitement antibiotique préventif.

La vaccination est indiquée pour les personnes qui vivent ou séjournent temporairement dans des zones de transmission de l’encéphalite à tiques (la plupart des pays d’Europe, les pays baltes, la Russie jusqu’à l’Extrême-Orient).

  1. Hasler T, Fehr J, Held U, Schlagenhauf P. Use of repellents by travellers : a randomized, quantitative analysis of applied dosage and an evaluation of Knowledge Attitudes and Practices. Dans Travel Med Infect Dis 2019 : 27-33. Accès gratuit sur https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1477893918303028?via=ihub 
  2. Index des principales infections transmises par les arthropodes concernant les voyageurs (voir image ci-dessous)
  3. Les antimoustiques portant ce label ont été soumis à un test approfondi à l’Institut tropical et de santé publique suisse (à Bâle) et ont satisfait aux exigences spécifiées. En outre, ils sont soumis à un nouveau test chaque année. Indépendamment d’éventuelles informations supplémentaires dans la notice, un produit portant ce label de qualité a démontré un très bon effet protecteur contre les moustiques pendant au moins quatre heures au cours d’un test en laboratoire. En Suisse, les produits suivants sont disponibles avec ce label de garantie :
Anti Brumm Classic (20 % Icaridine)Anti Brumm Night (20 % Icaridine)
Anti Brumm Forte (28 % DEET)Nobite Extreme (30 % DEET et 20 % Icaridine)
Anti Brumm Kids (20 % Icaridine)KIK Activ (20 % DEET)
Anti Brumm Naturel (31 % Citriodiol)SENSOLAR ZeroBite (20 % Icaridine)


Les conditions financières de traitement et d'hospitalisation varient énormément d'un pays à l'autre. La couverture offerte par les assurances suisses lors d'un voyage varient également. Pour vous éviter de mauvaises surprises, renseignez-vous auprès de votre assurance avant de partir.

 

L'assurance-maladie obligatoire de base suisse ( LAMal ) rembourse les traitements d'urgence à l'étranger, en cas de séjour temporaire, uniquement jusqu'à concurrence du double des frais qu'ils auraient coûté en Suisse. Elle ne couvre pas les frais de sauvetage ou de rapatriement à l'étranger, ni en général les prestations médicales non urgentes qui peuvent attendre un retour en Suisse.

Europe: Pour les voyages dans les pays de l'Union européenne (UE) et de l'AELE, vous pouvez demander à votre caisse maladie suisse la carte européenne d'assurance maladie qui permet de bénéficier de la prise en charge des soins médicaux aux conditions de l'assurance maladie en vigueur dans le pays de séjour. Elle vous évite de devoir avancer les frais de traitements sur place (à part une éventuelle franchise ou participation aux coûts selon les conditions dans le pays). La facture est ensuite directement adressée à votre caisse-maladie suisse. 
Si vous avez oublié votre carte ou voyagez ailleurs dans le monde, conservez toutes les factures et les justificatifs de paiement pour demander un remboursement à votre retour. Contactez si possible rapidement votre caisse maladie depuis l'étranger pour l'informer de votre nécessité de soins d'urgence, particulièrement en cas de maladie grave, d'accident ou d'hospitalisation.

Longs séjours et études à l'étranger: renseignez-vous auprès de votre caisse maladie si vous partez résider, étudier ou travailler à l'étranger (conditions avec des limitations de couverture par la LAMal ).

Assurances Complémentaires
Les coûts d'hospitalisation, de sauvetage et de rapatriement de l'étranger sont souvent tellement élevés que les prestations de base ne couvrent pas tous les frais. Il peut être utile de prendre une assurance maladie/accident complémentaire couvrant l'Europe ou le Monde entier ou une assurance de voyage. Certaines cartes de crédit offrent également ces prestations ainsi que le Touring Club Suisse.
Cependant, vérifiez toujours la liste des limitations de la couverture qui varient d'une caisse à l'autre (sports à risque? maladie ou suites d'accident antérieurs? grossesse?…).
En cas de maternité, vérifiez bien vos assurances (limitation des prestations ?). Effectuez une demande d'adhésion pour votre bébé à votre caisse-maladie avant votre départ en voyage. Parfois une assurance de voyage de famille est préférable à une individuelle.

La pharmacie de voyage doit être adaptée à la destination, la durée et le type de voyage ainsi qu'au nombre de personnes qui vous accompagnent. Elle doit être stockée hors de portée des enfants, à l'abri des chocs et dans un lieu frais. Lisez bien le prospectus d'emballage avant d'utiliser un médicament afin d'éviter de possibles intolérances ou contre-indications. Observez les dates d'expiration indiquées sur les emballages. Une prudence particulière est requise lors de la prise de médicaments durant la grossesse. Votre médecin vous recommandera les médicaments qui vous conviennent et vous établira les ordonnances nécessaires. Attention : certains médicaments (analgésiques, codéine et dérivés de la morphine, stupéfiants, somnifères, stéroïdes, etc.) peuvent être interdits dans certains pays ou nécessiter un certificat médical.

Maladies préexistantes : provision généreuse des médicaments habituels que vous prenez régulièrement ou occasionnellement à la maison, à répartir dans des bagages séparés (sac à main et valise)

Prophylaxie contre le paludisme
- Médicaments anti-malariques: selon la destination
- Lotions et sprays anti-moustiques à appliquer sur la peau (ex: Exopic®, Anti-Brumm®, Nobite Extreme® ; enfant: Anti-Brumm sensitive®, Nobite sensitive® dès 2 ans)
- Insecticide pour les textiles (Nobite vêtements®)

Réactions allergiques (par exemple lors de piqûres d'insectes) : emportez toujours les médicaments d'urgence prescrits par votre médecin

Désinfection des mains : lotion hydro-alcoolique avec minimum 70% d'éthanol

Blessures
- désinfectant (ex: Ethanol 75%, Merfen®, Betadine®)
- matériel de pansement: sparadraps, gaze stérile, bandes adhésives
- bande élastique, agrafes pour bandes, épingles de sûreté

Instruments
- thermomètre dans un étui de sécurité,
- petits ciseaux
- pincette

Fièvre et douleurs : paracétamol (Dafalgan®, Panadol®) ou acide acétylsalicylique (Aspirine®), médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) .
Système digestif
- médicament contre les diarrhées liquides sans fièvre, diarrhée du voyageur (ex: Imodium®; contre-indiqué chez les enfants de moins de 2 ans et déconseillé chez les enfants plus âgés sans un avis médical)
- diarrhée avec fièvre ou du sang dans les selles: consultez un médecin; évent. un traitement antibiotique court (ciprofloxacine, azithromycin) pour 1 à 3 jours
- chez les jeunes enfants et les personnes âgées, solution de réhydratation (ex : Oralpädon®, ELOTRANS ®); chez les adultes des apports de liquide et de sel suffisent
- nausées, vomissements, mal des voyages (ex: Motilium ®, Trawell®, autres)

Protection cutanée
- crème solaire avec indice de protection élevé ( >20), selon votre type de peau, l'intensité des rayons, la durée d'exposition et l'activité prévue.
- démangeaisons après piqûre d'insecte (ex : Fenistil®, Tavegyl gel®)

Protection des yeux
- lunettes de soleil, produits de nettoyage des lentilles
- conjonctivite : non purulente: gouttes oculaires (ex : Oculosan®); purulente (ex : Ciloxan®)

Refroidissement : gouttes nasales, spray nasal décongestionnant avant vols (ex: Triofan®, Nasivine®)

Allergies - saison de la destination : prenez vos médicaments (anti-histaminiques, médicaments contre l'asthme, etc.)

Sida - infections sexuellement transmissibles : préservatifs ou Femidom®

Désinfection de l'eau : tablettes désinfectantes (ex : Aquatabs®, Micropur forte®)

Le problème du manque d'oxygène en avion fait partie du passé. Même au dessus de 12000 mètres d'altitude, la pression dans l'avion correspond à une altitude de 2000 à 2500 mètres. Le changement de pression qui règne dans la cabine est imperceptible, sauf si vous êtes enrhumé. Dans ce cas, le gonflement des muqueuses peut boucher le canal qui relie la gorge à l'oreille moyenne. 

Lors de l'atterrissage, l'augmentation de la pression extérieure peut provoquer des douleurs aux oreilles. Pour éviter ce désagrément, vous pouvez utiliser des gouttes, un spray ou une pommade nasale; mâcher du chewing-gum et bâiller peuvent aider à diminuer l'excès de pression. L'utilisation d'une pommade nasale peut être bénéfique pour éviter le dessèchement des muqueuses dû au manque d'humidité qui règne dans l'avion.

Thromboses veineuses: Certaines précautions simples permettent de prévenir dans certains cas la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins des jambes (thromboses), après une station assise prolongée:
· N'entravez pas la mobilité de vos jambes par les bagages
· Assouplissez vos muscles par quelques exercices en position assise et levez-vous régulièrement pour faire quelques pas
· Buvez abondamment, en limitant les boissons alcoolisées ou contenant de la caféine
· Des bas de soutien bien adaptés vous aideront en cas de maladie veineuse.

Le décalage horaire (jetlag) qui se produit lorsque vous survolez plusieurs fuseaux horaires provoque de la fatigue et de l'insomnie, car votre horloge interne ne coïncide plus avec le temps réel de votre destination. Pour surmonter cet inconvénient le plus rapidement possible, faites de courtes siestes durant le vol et vivez dès que possible au rythme normal de votre destination (exposez-vous aussi à la lumière et au soleil pendant la journée). Certains médicaments que votre médecin peut vous procurer peuvent vous aider.

Tous les médicaments devraient se trouver dans votre bagage à main. Si l'horaire de leur prise doit être respecté strictement (par exemple insuline, pilule anticonceptionnelle), renseignez-vous auprès de votre médecin sur leur mode d'emploi en cas de grand décalage horaire.

Handicap physique: L'avion est le moyen de transport idéal pour les malades ou les handicapés: ils sont accompagnés, peuvent disposer d'une chaise roulante ou de la possibilité de voyager couché, à condition d'en informer à temps la compagnie d'aviation. Les passagers voyageant couchés doivent être accompagnés. En cas d'urgence, il est en général possible de se faire rapatrier très rapidement en avion. Voir aussi "Préparatifs et assurances: Urgence médicale  à l'étranger".

De plus en plus de personnes partent sur des bateaux de croisière. A bord l'assistance médicale est variable et l'évacuation pas toujours possible. Les personnes âgées ou présentant une maladie chronique ou des difficultés à la marche doivent discuter de ce voyage avec leur médecin. En raison du grand nombre de personnes voyageant ensemble, les maladies comme la grippe ou les gastroentérites peuvent rapidement se transmettre dans cet espace fermé. Plusieurs vaccins peuvent être recommandés. Il existe des bateaux équipés spécialement pour certaines pathologies (hémodialyse, chaise roulante, etc.)

Conseils-Santé

Check-up avant de partir: pour toute maladie nécessitant des contrôles. Prenez un stock suffisant de médicaments avec vous. Il peut être utile d'avoir avec soi une lettre de votre médecin traitant (en anglais) indiquant la nature de votre maladie et votre traitement.

Coups de soleil : en plus du soleil, la réverbération de l'eau augmente l'intensité lumineuse en mer. Mettez une crème solaire à indice de protection élevée (min 30 ou un écran total), un chapeau, des lunettes de soleil (bons verres) et évitez de vous exposer entre 11h et 15 heures.

Coups de chaleur : évitez de rester sur le pont aux heures les plus chaudes et pensez à bien boire pour éviter une déshydratation.

Mal de mer : les mouvements du bateau entraînent des perceptions différentes au niveau de la vision et de l'équilibre, un phénomène pouvant causer la sensation de " mal de mer ". Un des premiers symptômes est le besoin de bailler fréquemment, suivis de nausées, de vomissements et parfois de sueurs. Conseils : tenez-vous au milieu de bateau où les mouvements sont moins amples, allongez-vous, prenez l'air sur le pont et fixez l'horizon. Il vaut mieux manger de petits repas légers les premiers jours. En général le mal de mer ne dure que quelques jours jusqu'à ce que votre corps s'habitue aux mouvements du bateau. Médicaments préventifs : ils doivent être pris avant l'apparition des nausées. Demandez conseil à votre médecin (certains médicaments ont des contre-indications et ne peuvent pas être pris par les enfants).

Maladies infectieuses: les croisières rassemblent des milliers de personnes venant de pays différents dans un espace restreint et il peut parfois y avoir de petites épidémies à bord? Vaccinez-vous pour vous protéger. Des cas de légionellose ont également été rapportés.

Vaccins : vaccinations de base comme la diphtérie et le tétanos (tous les 10 ans), vaccins recommandés pour les escales (hépatite A, etc.), vaccin contre la grippe et le pneumocoque pour les personnes à risque. Le vaccin contre la fièvre jaune peut être exigé par certains pays d'Afrique et d'Amérique du Sud.

Hygiène : ces dernières années plusieurs épidémies de gastroentérite à Norovirus ont éclaté sur les bateaux de croisières. Lavez-vous régulièrement les mains. Consultez le médecin en cas de diarrhées ou de vomissements.

Nourriture et eau potable : attention aux escales? consommez de préférence des aliments cuits et de l'eau minérale sans glaçons et évitez les crudités et fruits de mer crus.

Paludisme (malaria) : le risque est généralement faible car les bateaux n'accostent souvent que le jour dans les régions impaludées et repartent le soir. Lorsqu'il est prévu de ne passer qu'un jour sur le sol africain, on peut renoncer à une chimioprophylaxie (prévention médicamenteuse) contre le paludisme. Cependant, une évaluation dans un centre de médecine de voyage ou avec un médecin tropicaliste s'impose, particulièrement en cas d'escale dans les ports d'Afrique subsaharienne. Tout accès de fièvre au retour d'un voyage avec escale dans une région à risque doit faire évoquer la possibilité de paludisme et nécessite une consultation médicale rapide.

Accidents : les mouvements du bateau peuvent augmenter le risque de chute, particulièrement par mer agitée. Pensez tenir les rampes d'escalier ou prenez l'ascenseur. Evitez de déambuler sur le pont par grosses vagues.

Une croisière n'est pas recommandée dans certaines circonstances :

  • personnes risquant de nécessiter un accès rapide à des services médicaux (infarctus récent, angine de poitrine récente ou instable, etc.)
  • grossesse à risque
  • handicaps physiques, instabilité à la marche et troubles de l'équilibre (accidents liés aux mouvements du bateau)

Les personnes qui doivent se rendre pour affaires dans des pays en voie de développement sont souvent mal renseignées - et particulièrement mal protégées - en ce qui concerne les risques de santé. Les voyages d'affaires se décident souvent peu avant la date de départ, et le stress lié aux préparatifs incite à négliger les informations médicales et la prévention pour mieux se consacrer à d'autres priorités. Par conséquent, le taux des maladies apparaissant pendant et après le séjour à l'étranger est relativement élevé chez ce type de voyageurs. 

Voici quelques conseils

Climat: informez-vous préalablement afin d'emporter des vêtements adaptés. N'oubliez pas la crème solaire et des lunettes de soleil.

Prudence au volant lors d'un excès de fatigue et de décalage horaire et dans les pays en développement où les accidents de la route sont 20 fois plus fréquents qu'en Europe. Renoncez à faire de la moto. Si vous louez une voiture, choisissez-en une qui dispose de ceintures de sécurité, et vérifiez que le relief des pneus n'est pas trop usé. Evitez surtout les longs trajets, et plus particulièrement les trajets de nuit dans la campagne. En taxi, la meilleure place est à l'arrière.

Agenda intelligent : on négocie mieux quand on est reposé. Accordez-vous du temps de repos et organisez vos rendez-vous en fonction du décalage horaire ( aux heures de jour de chez vous).

Avion/Jet Lag : la fatigue liée au décalage horaire peut influer sur vos affaires…suivez les recommandations dans "Transports: Voyage en avion" pour mieux vous adapter. Afin de réduire le risque de thrombose veineuse, buvez suffisamment d'eau, utilisez des bas de contention et mobilisez vos jambes.

Alimentation/Diarrhées : les boissons (glaçons) et la nourriture peuvent transmettre des maladies. Les diarrhées sont le trouble de santé le plus souvent rencontré en voyage. En Inde, en Egypte, et dans d'autres pays en développement, plus de 30 % des voyageurs pour affaires souffrent de ce problème. Renoncez si possible à tout ce que vous ne pouvez pas bouillir, cuire, ou peler vous-même, ainsi qu'à l'eau du robinet non traitée, aux glaçons, aux glaces, aux jus de fruits, aux salades, aux légumes crus. En cas de diarrhées, buvez suffisamment pour vous réhydrater. En l'absence de sang ou de glaires dans les selles, vous pouvez prendre pour une courte durée un ralentisseur des intestins comme le lopéramide (IMODIUM®) qui ne traite cependant pas l'infection. En cas de fièvre, de sang dans les selles ou de diarrhées très abondantes ou durant plus de 2 jours, faute de consulter un médecin, un traitement antibiotique court (ciprofloxacine, azithromycin) pour 1 à 3 jours peut être pris. (Pour plus d'infos, voir sous Maladies et leurs traitements: Diarrhée du voyageur ).

Vaccinations : Soyez à jour avec vos vaccinations de base (diphtérie- tétanos ; rougeole, oreillons, rubéole), la poliomyélite (pays à risque), l'hépatite A et la fièvre typhoïde (fréquentes dans les pays en développement, sont transmises par la consommation de l'eau et les aliments contaminés), la grippe pour les personnes à risque (période d'avril à septembre dans l'hémisphère sud, toute l'année aux Tropiques), l'hépatite B pour les personnes qui voyagent beaucoup (elle peut être transmise par contact avec du sang et lors de relations sexuelles), le vaccin contre la fièvre jaune peut être obligatoire (Afrique tropicale et Amérique du Sud) même pour les courts séjours. D'autres vaccins peuvent être recommandés en cas d'épidémie (méningite en Afrique sub-saharienne ou l'Arabie Saoudite, etc.).

Paludisme (malaria) : représente un risque important dans de nombreuses régions tropicales, surtout en Afrique . La maladie est transmise par les piqûres de moustiques le soir et la nuit. Lors de voyages dans les régions concernées, il est indispensable de consulter un médecin bien à temps pour pouvoir choisir avec lui - en fonction de la situation - s'il vaut mieux prendre régulièrement des médicaments préventifs ou se contenter d'emporter un médicament de secours. Sachez qu'au cours des dernières années, les germes de paludisme sont devenus presque partout résistants aux médicaments que vous preniez peut-être lors de vos voyages par le passé. Consultez  Destinations  pour des recommandations spécifiques au pays.

Contacts Sexuels: protégez-vous, par l'utilisation de préservatifs de qualité, contre le VIH et d'autres infections ou maladies sexuellement transmises. Sur place, il se peut que vous ne trouviez pas de préservatifs ou uniquement des préservatifs de qualité douteuse.

Sécurité : Renseignez-vous sur les risques et le comportement à avoir. Méfiez-vous des agressions de jour comme de nuit. Ne vous aventurez pas seul dans une ville inconnue. Evitez d'avoir de grandes sommes d'argent sur vous. Si des voleurs armés vous accostent, n'essayez pas de résister. Il vaut mieux subir des pertes matérielles que physiques.

Assurances : Avant votre départ, vérifiez si vous êtes bien couvert par votre assurance maladie/accident, y compris pour un éventuel rapatriement. En cas d'urgence médicale, vous pouvez demander de l'aide à l'étranger 24 h sur 24 au ++41 333 333 333, le numéro d'urgence de la REGA (garde aérienne de sauvetage suisse).

Pour plus d'informations 
Consultez " Destinations " pour les conseils spécifiques au pays où vous vous rendez.
Cliquez sur " Actualités ", même à la dernière minute, pour vous informer d'une éventuelle épidémie dans le pays et des mesures de prévention et /ou de traitement.